• Les longs métrages 2016 - Mimosas

    "Mimosas" de Oliver Laxe

  • Les longs métrages 2016 - Guibord s'en va t'en guerre

    "Guibord s'en va t'en guerre" de Philippe Falardeau

  • Les longs métrages 2016 - Voir du pays

    "Voir du pays" de Delphine Coulin et Muriel Coulin

  • Les longs métrages 2016 - Ixcanul

    "Ixcanul" De Jayro Bustamante

  • Les longs métrages 2016 - Isola

    "Isola" de Fabianny Deschamps

  • Les longs métrages 2016 - Diamond island

    "Diamond island" de Davy Chou

  • Les longs métrages 2016 - Folles de joie

    "Folles de joie" De Paolo Virzi

  • Les longs métrages 2016 - Ma'Rosa

    "Ma'Rosa" de Mendoza

  • Les longs métrages 2016 - Une semaine et un jour

    "Une semaine et un jour" de Asaph Polonsky

  • Les longs métrages 2016 - Le Voyage au Groenland

    "Le Voyage au Groenland" de Sébastien Betbeder

  • Les longs métrages 2016 - Amama

    "Amama" de Asier Altuna

Ce film représentera la Mauritanie aux Oscars 2015

Timbuktu

De Abderrahmane Sissako

Fiction - France, Mauritanie - 1h37, Avec Ibrahim Ahmed dt Pino, Toulou kiki, Abel Jafri

TimbuktuNon loin de Tombouctou tombée sous le joug des extrémistes religieux, Kidane  mène une vie simple et paisible dans les dunes, entouré de sa femme Satima, sa fille Toya et de Issan, son petit berger âgé de 12 ans. En ville, les habitants subissent, impuissants, le régime de terreur des djihadistes qui ont pris en otage leur foi. Fini la musique et les rires, les cigarettes et même le football… Les femmes sont devenues des ombres qui tentent de résister avec dignité. Des tribunaux improvisés rendent chaque jour leurs sentences absurdes et tragiques.
Kidane et les siens semblent un temps épargnés par le chaos de Tombouctou. Mais leur destin bascule le jour où Kidane tue accidentellement Amadou le pêcheur qui s'en est pris à GPS, sa vache préférée. Il doit alors faire face aux nouvelles lois de ces occupants venus d’ailleurs…

Ce film représentera la Mauritanie aux Oscars 2015.

Dimanche 12 octobre - 18h
En présence du réalisateur

Les gens du monde

De Yves Jeuland

Documentaire - France - 1h22,  Avec Didier Pourquery, Abel Mestre, Thomas Wieder

Les gens du MondeAlors que la presse doit faire face aux grands bouleversements que représentent l’arrivée des blogs, tweets et autres révolutions du web, ce film propose une plongée au coeur du travail des journalistes du service politique du Monde, lors de la campagne électorale de 2012. Dans la rédaction comme sur le terrain, nous assistons ainsi aux débats qui traversent le grand quotidien du soir.
Spectateurs privilégiés des oppositions et des tensions de la rédaction, nous partageons aussi l’enthousiasme et les fous rires des journalistes, la fatigue et les doutes, le quotidien du quotidien.
Le portrait d’un métier en profonde mutation dans un des titres les plus prestigieux de la presse mondiale, qui s’apprête à fêter ses soixante-dix ans.

Dimanche 12 octobre - 20h30
En avant-première

Eka et Natia, Chronique d’une jeunesse géorgienne

De Nana Ekvtimishvili

Fiction - Géorgie - 1h42, Avec Lika Babluani, Mairam Bokeria, Zurab Gogaladze

Eka et NatiaInséparables, Eka et Natia vivent à Tbilissi, en Géorgie, au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique. À 14 ans, elles vivent le quotidien des jeunes filles de leur âge, dans la rue, à l’école, avec les amis ou la famille. Confrontées à la domination des hommes, elles luttent pour leur liberté avec l’énergie et la force de la jeunesse.
Les étapes qu’elles traversent les conduisent à l’âge adulte de manière très différente… Le film montre bien les tensions et les difficultés quotidiennes qu’elles doivent affronter, mais aussi les moments drôles et porteurs d’espoirs qu’elles partagent… Nana Ekvtimishvili et son co-réalisateur nous donnent ainsi la belle chronique d’une jeunesse partagée entre désarroi et énergie, rendant un vibrant hommage aux jeunes femmes géorgiennes en résistance face à la loi des hommes.

lundi 13 octobre - 18h
Soirée Droits de l'homme - Débat - En présence du réalisateur

Spartacus et Cassandra

De Ioanis Nuguet

Documentaire - France - 1h20

Spartacus et CassandraSpartacus et Cassandra sont deux enfants roms de 13 et 10 ans, arrivés en France quand ils étaient petits, avec leurs parents. Ils ont été recueillis par une jeune femme, Camille, trapéziste dans un cirque, parce que leurs parents, qui mendient dans la rue, ne sont pas en mesure de s’en occuper, même si enfants et parents ne sont jamais loin les uns des autres.
Ce documentaire est un extraordinaire portrait de ces deux enfants, un film sur eux mais surtout avec eux, un film à leur rythme, à leur souffle.
Loin d’incarner le désespoir, Ioanis Nuguet a trouvé la forme qui convenait à son film, où domine une liberté de ton empreinte de tendresse et non dénuée de fantaisie. Une forme qui sauvegarde l’âme enfantine de Spartacus et Cassandra, pourtant privés de leur enfance.

lundi 13 octobre - 20h30

Pride

De Matthew Warchus

Fiction - Angleterre - 1h57 - Avec Bill Nighy, Imelda Staunton, Dominic West

Pride Eté 1984 - Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gay et lesbien décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.
Une histoire de solidarité entre deux comunautés que tout oppose, servie par des acteurs formidables.

Mardi 14 octobre - 18h
Soirée Droits de l'homme - Débat

Le procès de Viviane Amsalem

De Ronit et Shlomi Elkabetz

Fiction - Israël, France, Allemagne  1h55 - Avec Ronit Elkabetz, Menash Noy, Simon Abkarian

Le Procés de Viviane AmsalemViviane Amselem veut divorcer. Cela fait trois ans qu’elle est séparée de son mari Elisha. Elle voudrait enfin reprendre sa liberté. Or en Israël, c’est l’époux qui décide de tout : elle ne peut pas forcer son mari à divorcer. Elisha s’obstine à refuser le divorce. Juif très orthodoxe, il refuse d’accéder à sa demande par conviction religieuse et dans le but de la rendre malheureuse. Mais Vivian est une femme forte, décidée à se battre. Elle relance donc ses demandes au tribunal composé de rabbins. S’ils constatent la détresse de cette femme courageuse, ils ne sont pas décidés à l’aider dans ses démarches. Viviane aura t-elle le dernier mot ?

Mardi 14 octobre - 20h30
Un ciné-un goûter  !  A partir de 3 ans

Minuscule, la vallée des fourmis perdues

de Thomas Szabo et  Hélène Giraud

Animation - France - 1h29

MinusculesA PARTIR DE 3 ANS - Dans une paisible forêt, les reliefs d’un pique-nique déclenchent une guerre sans merci entre deux bandes rivales de fourmis convoitant le même butin: une boîte de sucres! C’est dans cette tourmente qu’une jeune coccinelle va se lier d’amitié avec une fourmi noire et l’aider à sauver son peuple des terribles fourmis rouges... Suivi d’un goûter offert aux enfants avec l’aide de la Distillerie Eyguebelle et d’Intermarché.

Mercredi 15 octobre à 15h30

Siddharth

De Richie Mehta

Fiction - Inde  - 1h36, Avec Tannishtha Chatterjee, Rajesh Tailang, Anurag Arora

SiddharthEn envoyant Siddharth, son fils de 12 ans, travailler à Mumbaï, Mahendra son père, un maroquinier ambulant, est soulagé financièrement. Mais quand Siddharth ne rentre pas comme prévu, Mahendra apprend qu’il a pu être enlevé par des trafiquants d’enfants. Sans le sou et aucun réseau de connaissances, il voyage à travers l’Inde à la recherche de son enfant, avec l’espoir qu’il lui reviendra sain et sauf.
Tourné à Delhi et à Mumbai, Siddharth est une plongée réaliste en Inde, à travers les dérives indicibles (que Richie Mehta se garde d’ailleurs de commenter) qui découlent de la pauvreté. Présenté à la Mostra de Venise et au Toronto International Film Festival en automne 2013, Siddharth démontre combien un cinéaste de la diaspora peut apporter, sur son pays d’origine, un regard profond qui ne cède ni aux clichés occidentaux ni aux tabous locaux.

Jeudi 15 octobre - 18h
En avant-première

Hard Day

De Kim Seong-hun

Fiction - Corée  - 1h41, Avec Lee Seon-gyoon, Jin-woong Jo, Jeong Man-Sik

hard dayEn route pour assister aux funérailles de sa mère, et tandis qu’il est visé par une enquête pour corruption, le commissaire KO Gun-su renverse mortellement un homme. Pour se couvrir, il décide de cacher le corps ... Lorsque l’affaire est découverte, on nomme son partenaire pour mener l’enquête. Et quand l’unique témoin de l’accident l’appelle pour le faire chanter, Gun-su comprend qu’il n’est pas au bout de ses peines…
Un scénario drôle et déjanté qui nous conduit de surprises en surprises, et qui porte un regard critique et lucide sur la socièté coréenne.

Jeudi 16 octobre - 21h
En avant-première

Bande de filles

De Céline Sciamma

Fiction - France - 1h42, Avec Karidja Touré, Assa Sylla,

Bande de filleMarieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.
Avec ses deux précédents films déjà, Naissance des pieuvres et Tomboy, la jeune réalisatrice française avait imposé son regard dans l’affirmation d’identités féminines fortes, complexes, troublées et troublantes. Ensuite, parce que ce bien nommé «Bande de filles» suit effectivement les pérégrinations banlieusardes d’un quatuor d’adolescentes défiant par chacun de leur geste la loi des garçons qui règne dans leur quartier. Sur le sort des filles « des quartiers », la réalisatrice ne dit au fond rien de nouveau. Le déterminisme, l’archaïsme des interdits, le poids social et familial… Mais en faisant d’elles des personnages, des vrais, elles leur donnent vie comme rarement (jamais ?) on l’a vu au cinéma. Inventive, volontaire, dynamique, sa mise en scène semble leur insuffler tout ce dont les prive leur réalité, sociale et politique.

Vendredi 17 octobre - 18h
En avant-première, en présence du réalisateur

Brooklyn

De Pascal Tessaud

Fiction - France - 1h23, Avec Ysmahane Yaqini, KT Gorique, Rafal Uchiw

BrooklynDe prime abord, on pourrait se dire que c’est un (bon) film sur la musique… Brooklyn est aussi et surtout un film sur l’énergie. L’énergie du verbe, de celles et ceux qui le pensent, le rêvent, l’écrivent. Beauté et plaisir des mots donc, qui prennent corps chez une incroyable jeune rappeuse suisse qui déboule à Saint-Denis pour se construire comme chanteuse, mais aussi chez tous ceux qui l’entourent. De cette alchimie se dégage une idée de la solidarité, de la fraternité, du collectif, que l’on a envie de partager à notre tour. De l’intimité du réalisateur avec son sujet naît une vision d’une rare justesse sur la banlieue. Celle-ci apparaît tour à tour sensible et drôle, sans victimisation ni angélisme, loin des clichés habituels. Le récit va à l’essentiel, se met au service de ses protagonistes, s’appuyant en toute confiance sur leur énergie et leur personnalité ; en particulier sur cette jeune actrice qui illumine le film. Une belle découverte, que l’on a envie à notre tour de faire partager au plus grand nombre. Jean-Louis Gonnet, réalisateur - Sélection Acid Cannes 2014

Vendredi 17 octobre - 21h
En avant-première

A girl at my door

De July Jung

Fiction - Corée - 1h57, Avec Bae Doo-Na, Sae-Ron Kim, Sae-byeok Song

A girl at my doorSuite à un incident, Young-Nam, jeune commissaire de Séoul est mutée dans un petit village côtier. Dès son arrivée, elle croise Dohee, une adolescente dont l’attitude renfermée l’intrigue. Elle constate rapidement que la jeune fille est victime de violences quotidiennes. Pensant la protéger, elle s’engage dans une relation qui la met en danger …

Samedi 18 octobre - 17h
En avant-première, Salle Fontaine

Whiplash

De Damien Chazelle

Fiction - Etats-Unis - 1h45, Avec Miles Teller, Melissa Benoist, J.K. Simmon

WhiplashAndrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence...
Premier long métrage du jeune cinéaste américain Damien Chazelle (29 ans), «Whiplash» se termine par une scène de concert époustouflante, Avec un solo de batterie qui fait s’affronter une dernière fois les deux personnages centraux du film : le jeune Andrew et le terrible professeur et chef d’orchestre Terence Fletcher.

Samedi 18 octobre - 22h

pages-logos-2015 2